40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Lorraine
Doucet
Sylvie
Fortin

Sylvain Fortin

À la défense des droits des personnes qui vivent avec une trisomie 21

Détenteur d’une maîtrise en droit de la santé de l’Université de Sherbrooke (2008) et d’un diplôme de 2e cycle en droit et politiques de la santé (2005), Sylvain Fortin est le président fondateur de la Société québécoise de la Trisomie-21, un organisme national qu’il a fondé en 2000. Le mandat de la Société québécoise de la Trisomie-21 est de soutenir les familles ayant un enfant, un adolescent ou un adulte vivant avec une trisomie 21, qui font face à des problèmes d'intégration, de stigmatisation, de violence ou sont victimes de préjugés ou d'ignorance. Bénévole engagé dans sa communauté depuis plus de 15 années, monsieur Fortin a reçu plusieurs distinctions et honneurs dont le Prix du Gouverneur général du Canada pour l’entraide (2014).

Réalisations

Que ce soit pour entreprendre des tournées de sensibilisation, pour offrir un soutien juridique ou un service de counseling à des familles qui n'ont pas les moyens ainsi qu’un service d’aide aux familles, ou encore pour offrir des services d'hébergement à des personnes âgées qui se retrouvent seules après la mort de parents qui s'en occupaient, Sylvain Fortin n'est jamais à court d'imagination lorsqu'il s'agit de défendre les droits des personnes vivant avec une trisomie 21 et pour aider leur famille.

En 2000, lorsqu’il a fondé la Société québécoise de la Trisomie-21 pour défendre et promouvoir les droits des personnes vivant avec une trisomie 21, des centaines de parents et de familles ont immédiatement répondu à son appel. La Société compte aujourd'hui plus de 800 membres qui veillent à la défense et à la protection des droits des quelque 10 500 personnes qui vivent avec une trisomie 21 au Québec.

La Société québécoise de la Trisomie-21 intervient directement et concrètement sur la scène publique pour dénoncer la discrimination que subissent les personnes qui vivent avec une trisomie 21. Sa mission : informer et d’éduquer la population sur la situation des personnes porteuses de la trisomie 21 afin d'améliorer leur sort et de dénoncer les cas d'abus. Elle intervient auprès des instances politiques ou administratives lorsqu'elle constate des infractions aux lois qui protègent les personnes qui vivent avec une trisomie 21, notamment en milieu scolaire, dans les transports et dans l’espace public.

Elle encourage les échanges et les publications qui concernent les libertés et les droits fondamentaux, d’ailleurs le mémoire de maîtrise de monsieur Fortin en 2008 portait sur La trisomie-21 ou le préjudice de naître.

La Société fait des représentations auprès des gouvernements, par exemple à l’Assemblée nationale du Québec ou des instances internationales pour mieux faire reconnaître leur spécificité et mieux enchâsser les droits des personnes vivant avec la trisomie 21. En 2005, dans le cadre du projet de Convention internationale globale et intégrée pour la promotion et la protection des droits et de la dignité des personnes handicapées, monsieur Fortin a soumis un mémoire à l’ONU sur les droits et la dignité des personnes vivant avec une trisomie 21. Il avait fait une première représentation en ce sens en septembre 2004 en se rendant à l’Assemblée nationale dans le cadre de la consultation générale sur le projet de loi 56 qui venait modifier la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées et d'autres dispositions législatives.

Depuis sa création, la Société québécoise de la Trisomie-21 a organisé, plusieurs campagnes de sensibilisation dont le Tour du Québec à vélo, au cours de l’été 2002, alors que les participants ont parcouru près de 5 000 kilomètres pour joindre l'ensemble des régions du Québec et sensibiliser la population à la réalité des personnes vivant avec une trisomie 21. La seconde campagne, en 2003 a permis l’enregistrement d’une chanson Inconditionnel, proposée en quatre versions (populaire, symphonique, acoustique et instrumentale) et distribuée à travers le Québec. La troisième campagne en 2004, s'est traduite par la création et la publication d'un conte pour enfants, Le semeur de câlins. Cinq mille exemplaires de ce conte ont été distribués sur l'ensemble du territoire québécois, notamment dans les écoles primaires où des enfants vivant avec une trisomie 21 sont intégrés.

Lien avec la Charte

En se préoccupant des droits, mais aussi des « conditions de vie » des personnes qui vivent avec une trisomie 21 et leur famille, Sylvain Fortin se porte à la défense de tous ceux et celles qui, plus souvent qu'à leur tour, sont confrontés à l'injustice, la discrimination, le harcèlement, le mépris, voire l'exploitation. Son engagement correspond à l’esprit et à la lettre de la Charte des droits et libertés de la personne qui garantit le droit à la vie, à la sûreté, à l’intégrité, ainsi que le droit à la sauvegarde de sa dignité (articles 1 et 4). De plus, l’article 46 rappelle que les personnes handicapées ont droit à la protection et à la sécurité et doivent être protégées contre toute forme d’exploitation.

Vœu

« Je souhaite pour les personnes qui vivent avec une trisomie 21, ces vers de Verlaine : « Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille. »

Partagez

« Les personnes vivant avec une trisomie 21, parce qu’elles sont nées avec la capacité d’aimer sans réserves ni préjugés, sont donc grandement enrichies par ce que l’on qualifie trop souvent d’handicap et elles jouissent de la liberté intérieure d’être elles-mêmes en plus d’avoir le courage de supporter nos limites personnelles »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente une extrait d'entrevue avec Sylvain Fortin, lauréat du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse