40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Sylvie
Fortin
Mona
Greenbaum

Linda Gauthier

À la défense des droits des personnes en situation de handicap

Issue d’une famille modeste, Linda Gauthier a grandi dans le quartier ouvrier de Côte Saint-Paul à Montréal. Elle a dû commencer à travailler jeune et n’a pu poursuivre les études en droit qu’elle souhaitait entreprendre. En 1996, sa vie a basculé lorsqu’elle a appris qu’elle était atteinte de sclérose en plaques. Obligée de se déplacer en fauteuil roulant, elle commence à s’engager au sein de divers organismes en tant que membre d'un conseil d'administration ou responsable de la collecte de fonds. En 2009, avec Maria Barile et Laurence Parent, elle fonde le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ). En 2013, madame Gauthier a été nommée membre du Conseil des Montréalaises et elle était l’une des 10 personnes bénévoles lauréates sélectionnées pour le prix Gens de cœur de la Financière Manuvie.

Réalisations

Militante convaincue et convaincante, Linda Gauthier est de tous les combats en faveur de l’accessibilité universelle pour les personnes en situation de handicap. Que ce soit l’accès aux moyens de transport et au métro de Montréal, l’accès aux terrasses du Vieux-Montréal ou aux ventes de trottoir de l’avenue Mont-Royal, ou encore l’accès aux services d’imagerie médicale ou aux bureaux de scrutin, elle revendique le droit à l’égalité pour toutes les personnes à mobilité réduite.

En tant que cofondatrice et présidente du RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec) madame Gauthier veut donner une voix aux personnes en situation de handicap et exercer des pressions pour que tombent les barrières et les préjugés à leur endroit. Elle a fait de l’accessibilité universelle son cheval de bataille parce que selon elle, le drame du handicap, il n’est pas dans le corps de la personne, mais bien dans son environnement. Ce sont les escaliers, les trottoirs trop étroits, les ascenseurs qu’on a « oublié » d’installer, les rampes trop raides, les portes trop étroites pour laisser passer les fauteuils roulants, sans oublier les allées des magasins trop encombrées, les caisses mal conçues ou encore les terminaux de points de vente non accessibles.

Avec le RAPLIQ, madame Gauthier a réussi à sensibiliser les marchands de l’avenue Mont-Royal et du boulevard St-Laurent de tenir compte des besoins des personnes à mobilité réduite. En déposant à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, plusieurs plaintes de discrimination fondées sur le handicap ou sur le moyen de pallier celui-ci, elle a réussi, tant à la suite de séances de médiation ou d’enquêtes, à obtenir des ententes à l’amiable avec des fournisseurs de services afin de faire reconnaître le droit à l’égalité des personnes en situation de handicap.

De plus, madame Gauthier est active au sein de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec et tisse des liens avec d’autres organismes, comme le Regroupement des aveugles et amblyopes de Montréal métropolitain (RAAMM) pour faire avancer les droits de toutes les personnes en situation de handicap.


Lien avec la Charte

Linda Gauthier et le RAPLIQ défendent le droit à l’égalité, la non-discrimination (articles 10 et 10,1) et le droit à la dignité (article 1), le droit à la sauvegarde de sa dignité (article 4) ainsi que l’article 15 qui stipule : « Nul ne peut, par discrimination, empêcher autrui d'avoir accès aux moyens de transport ou aux lieux publics, tels les établissements commerciaux, hôtels, restaurants, théâtres, cinémas, parcs, terrains de camping et de caravaning, et d'y obtenir les biens et les services qui y sont disponibles. »

 

 

Voeu

« Je souhaite l’adoption de la LAQ, la Loi sur l'accessibilité au Québec. »

Partagez

« Là où il y a de la volonté, il y a un chemin. » - Lénine
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Linda Gauthier, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse