40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Lise
Brouard
Claudette
Carbonneau

Denise Brouillard

À la défense des droits des personnes vivant des problèmes de santé mentale

Denise Brouillard a toujours été active sur plusieurs fronts pour défendre et faire la promotion des droits des personnes ayant des problèmes de santé mentale et des victimes de violence conjugale. Membre de l’équipe de fondation de l'organisme communautaire Droits et Recours Laurentides en 1993, elle en a été la coordonnatrice jusqu'en 2015. Elle avait aussi assuré la coordination de la Maison d'Ariane, une maison hébergement pour femmes victimes de violence, autre organisme qu'elle avait cofondé en 1985. Membre du conseil d'administration du Regroupement des organismes communautaires des Laurentides pendant neuf ans, elle milite aussi depuis plus de 20 ans avec le groupe Amnistie internationale de Saint-Jérôme-Laurentides et s'est impliquée au sein du comité local de la Marche mondiale des femmes de la MRC Rivière-du-Nord en 2000. Madame Brouillard a été reconnue comme une femme inspirante par le Réseau des femmes des Laurentides en 2013.

Réalisations

Infatigable, rassembleuse, tenace, et d'une parole et d'une plume convaincantes, Denise Brouillard par son engagement, tant professionnel que social, a contribué à l'amélioration des conditions de vie de nombreuses personnes vivant des problèmes de santé mentale et de victimes de violence conjugale.

Ainsi, avec l'équipe de Droits et recours Laurentides, elle a travaillé à sensibiliser, informer et éduquer les personnes faisant appel à l'organisme sur leurs droits dans une perspective d'appropriation de leur pouvoir. À la barre de la Maison d'Ariane, elle a eu l'occasion d'aider les femmes victimes de violence conjugale à prendre conscience que la violence n'est pas seulement vécue individuellement, mais aussi de façon systémique.

Madame Brouillard a également fait de la représentation auprès des instances. Que ce soit sur la question de la garde de personnes contre leur gré en établissement psychiatrique, sur le dossier des mesures de contrôle en psychiatrie, ou sur toute question touchant aux conditions de vie et aux soins des personnes qui vivent avec des problèmes de santé mentale, elle a toujours été de celles qui parlent haut et fort pour dénoncer toute discrimination ou tout déni de droit.

En tant que membre du conseil d'administration du Regroupement des organismes communautaires des Laurentides, elle a également eu l'occasion de défendre l'idée d'inclure les personnes concernées au sein des processus décisionnels qui les touchent par exemple, l’importance de la prise de parole des personnes directement concernées et la reconnaissance des droits de ces personnes auprès des intervenants des établissements de santé et de services sociaux afin qu'elles obtiennent des services et des traitements respectueux.

Lien avec la Charte

Chaque personne doit connaître ses droits afin de pouvoir les revendiquer. Ce souci est au cœur de la démarche de Denise Brouillard qui, par ses actions et son approche d'éducation populaire, permet aux personnes de développer leur capacité à prendre la parole afin de faire connaître et respecter leurs besoins et leurs droits, tel le droit à la sauvegarde de sa dignité, à l'intégrité, à la liberté et au respect de sa vie privée qui sont des droits fondamentaux protégés par les articles 4 et 5 de la Charte des droits et libertés de la personne.

 Vœu

« Je nous souhaite une société juste, inclusive, favorisant le « bien commun » et le respect des droits. Une société où les personnes ayant un problème de santé mentale ne seront pas tenues en marge, mais bien intégrées. Une société où l’apport de chaque personne au mieux-être collectif sera reconnu et valorisé. C’est dans ce sens que je poursuis mon engagement. »

 

Partagez

« À rien faire, c’est sûr qu’on peut perdre mais à passer à l’action en groupe, on a plus de chances de faire changer les choses et au moins on peut se dire qu’on a fait notre possible »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Denise Brouillard, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse