40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Micheline
Labelle
Widia
Larivière

Véronique Laflamme

À la défense du droit au logement

Véronique Laflamme est organisatrice communautaire depuis 12 ans dans le domaine du droit au logement. Présentement à l’emploi du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un regroupement national pour le droit au logement, elle a aussi œuvré pendant cinq ans au sein du Comité populaire Saint-Jean Baptiste, à Québec. Ayant poursuivi des études en sciences politiques, elle a aussi milité pour le droit à l’éducation et a pris part à divers projets communautaires ou autogérés de la ville de Québec, dont elle est originaire. Membre d’une coopérative d’habitation, elle a aussi participé à des mobilisations locales liées au droit à un environnement sain. Madame Laflamme est l’une des porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics et elle est activement engagée depuis 2010 dans la lutte de mouvements sociaux contre les politiques d’austérité.

Réalisations

Véronique Laflamme milite depuis de nombreuses années pour une société juste et égalitaire. Tant par son travail que ses implications bénévoles, elle contribue à sensibiliser et à mobiliser les citoyens et citoyennes autour d’enjeux liés au logement social, à la pauvreté, aux inégalités sociales, à l’austérité et à la privatisation des services publics.

En tant que l’une des porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, elle est activement engagée dans l’éducation populaire et dans la mobilisation en faveur d'un meilleur partage de la richesse.

Ayant poursuivi des études en sciences politiques et dans d’autres sciences sociales, madame Laflamme a participé aux mouvements de lutte étudiante et de mobilisation contre la ZLÉA et le Sommet des Amériques.

Elle a également pris part à divers projets communautaires ou autogérés de la ville de Québec, dont elle est originaire. Ainsi, elle est membre active d’une coopérative d’habitation, a collaboré à une radio communautaire et a travaillé à la mise sur pied de sites de compostage communautaires, le maintien des petites écoles de quartier et pour la fermeture d’un incinérateur.

Comme organisatrice communautaire, elle a œuvré à la mise sur pied d’une coopérative d’habitation sur un site convoité et à des projets d’aménagement urbain visant à améliorer les conditions de vie dans les quartiers centraux. Elle s’intéresse au droit à la ville.

Lien avec la Charte

La défense et la promotion des droits économiques et sociaux (chapitre IV de la Charte) sont au cœur de l’engagement de Véronique Laflamme. Constatant que le droit à un niveau de vie décent, le droit à un logement ou l’accès à l’éducation sont négligés par les décideurs en cette ère néo-libérale, elle milite pour les faire reconnaître afin que tous et toutes puissent exercer leur droit à l’égalité (articles 10 et 10.1) et leurs droits fondamentaux, comme le droit à la sauvegarde de sa dignité (article 4) et le droit à la l’intégrité et la liberté de sa personne (article 1).

Vœu

« Je souhaite que la population se mobilise en plus grand nombre pour défendre les droits économiques et sociaux, autant que politiques. Qu’ensemble, nous réussissions à placer ces droits au cœur de notre société et à nous tenir debout pour les faire respecter »

 

Partagez

« Les questions de pauvreté, le droit à un revenu décent, le droit à un logement… ces droits n’ont presque plus d’échos dans la société québécoise aujourd’hui… faire connaître la Charte et les droits qu’elle contient me semble plus important que jamais »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Véronique Laflamme, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse