40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Sylvain
Fortin
Linda
Gauthier

Sylvie Fortin

À la défense des droits des bébés et des jeunes enfants

Infirmière et chercheuse au CHU Sainte-Justine à Montréal, Sylvie Fortin est vouée à contrer la maltraitance envers les bébés et à défendre le droit des enfants à la protection et au bien-être. Instigatrice du Programme de prévention du syndrome du bébé secoué (SBS) ou trauma crânien non accidentel (TCNA), elle a consacré les 13 dernières années à le développer et à l'implanter à travers le Québec en collaboration avec plusieurs professionnels de différentes disciplines. Ses activités se partagent entre de la formation, des projets cliniques, de l’enseignement et des projets de recherche. Reconnue experte dans le domaine de la prévention du TCNA, elle fait partie du Comité canadien de prévention. Le développement d’intervention de prévention, l’expérimentation en milieu clinique et leur évaluation sont au cœur de ses travaux. Elle est conférencière tant au Québec, au Canada qu’à l’international.

Réalisations

Par ses écrits et ses formations offertes à travers le Québec, Sylvie Fortin permet de sensibiliser les parents, les intervenants et les autorités locales, régionales et gouvernementales au phénomène de la maltraitance des enfants. Elle contribue ainsi à la diminution des tensions familiales qui peuvent mener à la maltraitance, à l’élaboration de meilleures interventions en prévention, et, ultimement, à la diminution des cas de trauma crânien non accidentel et des mauvais traitements physiques envers les enfants.

En effet, le programme de prévention qu’elle a développé touche le bébé secoué, mais aussi les sévices physiques dont peuvent être victimes de jeunes enfants. Il a été intégré par le ministère de la Santé et des Services sociaux dans sa politique de périnatalité et est maintenant implanté dans la majorité des maternités de la province.

La première phase de ce programme permet aux parents d'un enfant naissant, d’échanger avec une infirmière ou une sage-femme qui leur enseigne, une série de trois fiches d’information et de conseils pratiques sur : les pleurs du nourrisson; l’émotion de la colère; et le syndrome du bébé secoué ou TCNA. La deuxième phase consiste à former le personnel (clinique et social) qui travaille en périnatalité afin de renforcer la première phase et rejoindre les familles vulnérables. Finalement, la troisième phase du programme, en cours d’implantation, vise les cliniques où peuvent se retrouver des parents qui consultent pour des bébés qui pleurent.

Plusieurs outils ont été développés dans le cadre de ce programme pour informer et conseiller les jeunes parents, notamment un thermomètre de la colère, qui leur donne des moyens concrets de faire face à leur colère sans la tourner vers leur enfant.


Lien avec la Charte

La Charte des droits et libertés de la personne protège les droits de toutes les personnes qui se trouvent au Québec, incluant ceux des enfants et des adolescents. L’engagement de Sylvie Fortin contribue notamment à garantir aux enfants leurs droits fondamentaux, tel le droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de leur personne (article 1). L’article 39 de la Charte qui concerne spécifiquement l’enfant, garantissant son droit à la protection, à la sécurité et à l'attention que ses parents ou les personnes qui en tiennent lieu peuvent lui donner, est également au centre du programme de prévention développé par madame Fortin.


Vœu

« Je souhaite démystifier le côté obscur du rôle parental... sans jugement. »

Partagez

« Le travail de concertation des acteurs du milieu qui ont à cœur la protection des droits de la jeunesse fait une différence et, ce, une action à la fois »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Sylvie Fortin, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse