40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Patricia
Jean
Véronique
Laflamme

Micheline Labelle

A la défense des droits des personnes racisées

Micheline Labelle détient une impressionnante feuille de route orientée vers la lutte au racisme et aux discriminations. Titulaire d’un doctorat en anthropologie de l’Université de Montréal (1975), elle a été professeure titulaire au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) de 1986 à 2014. Maintenant professeure associée, elle a publié de nombreux ouvrages au cours de sa carrière, dont Idéologie de couleur et classes sociales en Haïti (1979) et Racisme et antiracisme au Québec, Discours et déclinaisons (2011). En 2003, elle a mis sur pied l'Observatoire sur le racisme et les discriminations. Unique au Canada, il assure le transfert de connaissances auprès des organisations préoccupées par l'immigration et la lutte contre le racisme. À la demande de l'UNESCO, elle a aussi participé à l'élaboration du Plan d'action de la Coalition internationale des villes unies contre le racisme.

Réalisations

L’un des obstacles que madame Labelle a vécu à travers sur parcours fut de faire comprendre que le racisme et le sexisme ne sont pas le fait d’un groupe en particulier, mais que ces idéologies font partie de la culture du système mondial et se retrouvent partout, sous des formes variables, selon les contextes historiques, politiques et culturels.

À cet effet, elle mis en œuvre plusieurs initiatives pour sensibiliser la population au problème du racisme et pour rallier des partenaires gouvernementaux et de la société civile, dont la Commission canadienne de l'UNESCO, la Ligue des droits et libertés, le Grand Conseil des Cris , la Table de concertation au service des personnes immigrantes et réfugiées, le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles du Québec qui ont tous adhéré aux principes de l’Observatoire sur le racisme et les discriminations.

De plus, madame Labelle conçut le premier programme menant au certificat en immigration et en relations ethniques au Québec. Dans le cadre de ce programme, elle a élaboré le cours « Sociologie du racisme » et ainsi formé des adultes de différents milieux (travailleurs sociaux, policiers, fonctionnaires, travailleurs communautaires, dirigeants d'associations voués à la défense des populations immigrées et racisées et des étudiants inscrits dans divers programmes des sciences humaines, des sciences politiques et de droit).

Lien avec la Charte

Le travail de madame Labelle, auquel elle a consacré sa vie, contre le racisme et les discriminations s’appuie sur l’article 10 de la Charte : Toute personne a droit à la reconnaissance et à l'exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l'orientation sexuelle, l'état civil, l'âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l'origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l'utilisation d'un moyen pour pallier ce handicap.

Vœu

« Je souhaite que la paix advienne enfin, un jour, dans le monde ! »

Partagez

« Il est temps de se mobiliser afin que le gouvernement s’engage dans la lutte contre le racisme. Il existe toujours de la résistance de la part de l’État à parler clairement de racisme et à faire la promotion d’un plan d’action »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Micheline Labelle, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse