40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Widia
Larivière
Raoul
Lincourt

Mélanie Lemay

À la défense des victimes d’agressions sexuelles

Mélanie Lemay est une étudiante en sciences politiques appliquées à l’Université de Sherbrooke et membre du conseil d’administration du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) Agression Estrie qui offre des services d’aide, de prévention et de sensibilisation. En 2013, elle décide de briser le silence au sujet d’une agression sexuelle subie alors qu’elle était étudiante au cégep. Son courage et sa détermination impressionnent. Elle donne depuis de nombreuses conférences pour que les victimes ne vivent plus dans la peur et la honte. Dans le but de donner un visage aux statistiques, son témoignage et son image ont été utilisés dans des outils de sensibilisation (dépliants, affiches, présentation) du CALACS Agression Estrie. De plus, elle multiplie les interventions auprès de la population étudiante, des élus, des policiers et des acteurs du milieu communautaire.

Réalisations

En plus d’être membre du conseil d’administration et porte-parole du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) Agression Estrie, Mélanie Lemay joue un rôle de premier plan sur le campus de l’Université de Sherbrooke pour prévenir les agressions sexuelles et sensibiliser la population à cet enjeu.

Au printemps 2015, alors que les médias publiaient des reportages sur le nombre d’agressions sexuelles rapporté sur les campus à travers le Canada, madame Lemay a formé un groupe pour contrer la culture du viol à l’Université de Sherbrooke. À l’automne 2015, elle a fait des démarches auprès de l'Assemblée nationale pour mettre en ligne une pétition afin que le gouvernement du Québec oblige les fabricants d’alcool à inscrire « Alcool ≠ Consentement » sur leurs bouteilles et que les établissements possédant un permis d’alcool inscrivent ce même slogan, par un marquage photoluminescent, dans les bars ainsi que dans les toilettes.

De plus, elle a mis sur pied AEQUITAS, un regroupement étudiant dont la mission est de faire de l’éducation pour promouvoir l’égalité et la distribution équitable des ressources pour tous et toutes. Ce regroupement a lancé l'idée de créer une campagne afin de prévenir les agressions sexuelles sur le campus et d’instituer un mois de prévention des agressions sexuelles lors de la rentrée en septembre 2016 à Sherbrooke avec des intervenants de différents établissements postsecondaires et les organismes communautaires de la région.

Depuis qu’elle est l’une des voix du CALACS Agression Estrie, madame Lemay estime qu'une cinquantaine de personnes se sont confiées et ont reconnu qu’elles avaient vécu une agression sexuelle, mais gardée sous silence. Elle souligne qu’une femme sur trois de plus de 16 ans est victime d'au moins une agression sexuelle alors qu’un homme sur six est victime d'une agression sexuelle. Cela démontre bien l’importance de parler de son expérience. Trop de gens entretiennent encore des préjugés au sujet des victimes de telles agressions. La solution se trouve donc dans l'éducation et la déconstruction des tabous ainsi que la dénonciation des problématiques qui découlent du patriarcat qui nourrit la culture du viol.

Lien avec la Charte

L’action et le travail de Mélanie Lemay sont en lien avec les dispositions de la Charte des droits et libertés de la personne, dont l’article 1 qui garantit le droit à la sûreté, à l’intégrité et la liberté de la personne ainsi que l’article 4 qui énonce « Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation. »

Voeu

« Tout ce que je fais ne serait pas possible sans l’écoute. C’est pourquoi je rêve du jour où l’on pourra s’ouvrir dans une société où la santé psychologique serait vue comme une ressource collective. En effet, c’est en embrassant notre vulnérabilité et nos limites qu’il est possible de briser notre masque sociétal de perfection archaïque qui divise et sépare de ce que c’est être, un être humain. Ainsi, n’ayez pas peur d’affronter ce qui vous dérange le plus dans ce monde et prenez le flambeau pour transformer cet environnement malsain qui nous entoure. On mérite toutes et tous mieux puisque nous sommes interreliés et c’est pourquoi je vous demande votre aide pour m’aider à nous aider à aller vers ce but commun. Imaginez ! »

Partagez

« Nous ne pouvons altérer le passé, mais nous avons cependant le pouvoir de changer l’avenir »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo vous présente une extrait d'entrevue avec Mélanie Lemay, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.


Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse