40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Michel
De Césaré
Sylvain
Fortin

Lorraine Doucet

À la défense d’une éducation inclusive

Lorraine Doucet se consacre, depuis plus de 30 ans, à promouvoir les droits et la dignité des enfants atteints de déficiences, particulièrement leur intégration dans la société par l’inclusion scolaire. Tour à tour conseillère clinique, professionnelle de la communauté en lien avec la recherche, conférencière et chargée de cours, elle est titulaire de deux baccalauréats en psychoéducation (1979) et orthopédagogie (1981) de l'Université du Québec à Trois-Rivières, d’un certificat en droit de l’Université de Montréal (2008) et d’une maîtrise en administration publique de l’ÉNAP (2010). Madame Doucet a reçu le Prix Droits et Libertés de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (2003), a été Personnalité de la semaine de La Presse (2004) et a obtenu un certificat de mérite lors de la semaine de l’intégration scolaire par l’Association canadienne pour l’intégration communautaire (2005).

Réalisations

Lorraine Doucet est une femme de cœur dont la vie privée et professionnelle se confond et s’enrichit, par amour de la justice et de Marc-Olivier, son fils vivant avec la Trisomie 21. Elle n’avait que 30 ans, lorsqu’elle a adopté ce nouveau-né et fut d’ailleurs la première célibataire à adopter légalement un bébé né au Québec.

Reconnue pour son professionnalisme, son expertise, mais surtout son écoute, son authenticité et son profond engagement en faveur de la justice et du droit à l’égalité, elle inspire un grand respect chez toutes les personnes qui la côtoient.

Depuis le début des années 80, elle soutient les parents et leur enfant vivant avec des incapacités intellectuelles ou des retards de développement dans la réalisation de leur projet de vie en les guidant vers l'intégration en garderie et en milieu scolaire régulier. Madame Doucet a compris au fil du temps que l'éducation inclusive rencontre deux types de grands défis dans le milieu scolaire : les nombreux préjugés envers ces enfants et les obstacles liés aux environnements éducatifs et sociaux.

Au début des années 90, elle a contribué au développement d'outils permettant aux personnes vivant avec des incapacités intellectuelles de réussir dans des contextes d'apprentissage scolaire et social régulier, car le moyen de pallier les handicaps pour les personnes ayant des incapacités intellectuelles avait peu de solutions à proposer pour compenser, réduire ou éliminer les obstacles ressortant de l’interaction de leurs facteurs personnels et ceux de l’environnement. Ces outils essentiels pour eux deviennent ainsi disponibles à tous, avec ou sans incapacité.

Dès lors, elle a mis à profit ses connaissances et son expertise au service des autres par des formations, des conférences auprès des milieux scolaires, communautaires et de réadaptation afin de faire reconnaître les capacités de chaque personne, identifier leurs besoins au regard des environnements dans lesquels ils évoluent et offrir une réponse individualisée sur la base du respect, de l'intégrité et de la dignité de chacun, sans discrimination.

Depuis 1998, madame Doucet offre également des formations aux membres du Regroupement pour la Trisomie 21 (RT21) qui fait la promotion de l’inclusion sociale et scolaire des personnes ayant la Trisomie 21 en offrant des services d’accompagnement, de défense des droits et un service de référence vers des spécialistes pour soutenir les parents dans les situations plus complexes.

Depuis 2006, elle représente l'Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS) à titre de déléguée au dossier scolaire au Groupe de concertation en adaptation scolaire (GCAS) du ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR). Madame Doucet s’implique avec passion et a constaté avec surprise que certains cadres, enseignants, professionnels ou techniciens avouent leur méconnaissance au regard de la Charte, dont l’interdiction de discrimination fondée sur le handicap ou le moyen pour le pallier.

Depuis 2012, elle est chargée de cours à la Faculté de l’éducation à l’UQAM et dispense des cours, aux futurs enseignants des classes ordinaires, sur les clientèles handicapées, en difficultés d'adaptation ou d'apprentissage et en trouble du comportement. Parallèlement, elle enseigne à la Faculté de l'éducation permanente au certificat d’intervention en déficience intellectuelle et en trouble du spectre de l’autisme et à l’École de psychoéducation au certificat d’intervention psychoéducative de l'Université de Montréal.

Lien avec la Charte

Madame Doucet a vécu l’entrée en vigueur de la Charte des droits et libertés de la personne alors qu’elle poursuivait ses études universitaires. Tout au long de son parcours professionnel, c’est l’esprit et la lettre de la Charte qui ont guidé et animé ses actions en défendant le droit à l’égalité des personnes vivant avec des incapacités intellectuelles ou des retards de développement de causes diverses et en faisant la promotion de la non-discrimination tel qu’énoncée dans l’article 10.

Vœu

« Je souhaite que tous prennent conscience que la beauté d’une personne repose sur nos ressemblances et nos différences à l’Autre et que l’équilibre réel d’une société réside sur une cohabitation harmonieuse de tous, sans exclusion. »

 

Partagez

« Tous les êtres humains ont droit au respect, à la dignité, à la justice et à l’équité, mais le plus important, c’est qu’ils ont aussi le droit à la différence »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Lorraine Doucet, lauréate du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse