40e Anniversaire de la Charte - Ambassadeur details
Les 40 lauréats
Raoul
Lincourt
Melissa
Mollen Dupuis

Matamba Harusha Henry Mbatika

À la défense des droits des communautés immigrantes

Originaire de la République démocratique du Congo, Matamba Harusha Henry Mbatika est arrivé au Québec en 2000 et n’a pas attendu longtemps avant de s’engager dans sa communauté. En 2002, il est membre bénévole, ensuite, président du conseil d’administration de la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie (FCCE) à Sherbrooke. La mission de la FCCE, qui regroupe 19 associations, est de défendre les droits et les intérêts de la communauté immigrante installée dans la région. Titulaire d’une maîtrise en médiation interculturelle de l’Université de Sherbrooke, il est chargé de projet à la FCCE où il soutient et développe des partenariats avec des bailleurs de fonds et des associations affiliées. En 2009, il a reçu le Mérite estrien, un prix décerné par le quotidien La Tribune pour souligner l’engagement dans des actions communautaires en Estrie.

Réalisations

Matamba Harusha Henry Mbatika est très engagé dans sa communauté. Membre de plusieurs organismes, président ou administrateur de conseils d’administration, il participe notamment aux travaux d’Ascot en santé, de la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke, de la Coopérative des grandes familles, du Centre coopératif des locaux communautaires, de l’Entraide universitaire mondiale du Canada-PER et du Forum de la population.

Chargé de projet à la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie (FCCE), il collabore étroitement avec la communauté afin de promouvoir le mieux-être, l'accès aux services, l'exercice d'une démocratie participative et l’accès à l'information des membres de la communauté immigrante. De plus, il sensibilise les membres afin de mettre fin à la violence faite aux femmes et se préoccupe également de l’avenir des jeunes ainsi que de la promotion des meilleures pratiques afin de favoriser l’égalité des chances ainsi que l'accès aux postes décisionnels pour les nouveaux arrivants.

La FCCE a joué un rôle important pour convaincre la Ville de Sherbrooke d’adopter une politique d'accueil et d'intégration des personnes immigrantes et de créer le comité d'accueil et d'intégration des personnes, une instance de promotion de la diversité culturelle dans une ville qui accueille de plus en plus de nouveaux arrivants.

Trouver les moyens pour mobiliser est au cœur de la mission que s’est donnée M. Mbatika pour participer activement au développement de sa communauté.

Lien avec la Charte

L’engagement de Matamba Harusha Henry Mbatika et la mission de la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie correspondent aux dispositions de la Charte des droits et libertés de la personne, soit la défense et la promotion des droits en combattant toutes les formes de violence, de discrimination et d'exclusion (article 10).

Vœu

 « S’investir pour mieux éradiquer les inégalités en promouvant l’excellence et la performance en chaque Être. »

Partagez

« L’égalité doit être une réalité et non un discours creux, où l’on pense dire des choses qui sont vraies, mais on ne se donne pas les moyens pour sortir les gens de la pauvreté »
La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran.La vidéo qui suit n'est pas accessible avec un lecteur d'écran. Cette vidéo présente un extrait d'entrevue avec Matamba Harusha Henry Mbatika, lauréat du prix Hommage 40 ans de la Charte. L'hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité.

Cette vidéo vous présente ….Cet hyperlien vous mène vers un site externe qui pourrait présenter des obstacles à l'accessibilité..

1 / 1

La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est une loi « fondamentale » et les autres lois doivent la respecter

La Charte ne protège que les personnes qui résident au Québec

Seuls les ministères et les organismes publics doivent respecter la Charte

Les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ne sont pas protégées en vertu de la Charte

Se faire représenter par un avocat devant un tribunal est un privilège, pas un droit reconnu par la Charte

Une organisation n’est pas obligée d’offrir un service, un emploi ou l’accès à un commerce à une personne handicapée lorsqu’elle se déplace en fauteuil roulant

L’orientation sexuelle est un motif de discrimination qui a été ajouté à la Charte en 1995

Lors d’une entrevue d’embauche, un employeur a le droit de demander au candidat ou à la candidate sa religion ou son pays d’origine, par exemple pour mettre la personne à l’aise

Une personne âgée qui est exploitée par un proche dispose d’une protection particulière en vertu de la Charte

Saviez-vous que la Charte a 40 ans cette année ?

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse veut rendre hommage à 40 personnes qui défendent ou font la promotion des droits au Québec.

bonne réponse

mauvaise réponse